CHEVILLY-LARUE

Eco-quartier Les Portes d'Orly

Le projet d'aménagement

Connecté à la ville et au tramway par une grande place, protégé par une façade urbaine animée sur le boulevard, le cœur du quartier respire dans une ambiance de cité jardin
Perspective de la place urbaine en entrée de quartier de la ZAC Anatole France à Chevilly-Larue - EPA ORSA

La situation de départ

A quelques centaines de mètres du MIN de Rungis et du centre commercial Belle Épine, le site est occupé par d'anciens logements sociaux et un foyer de jeunes travailleurs, vétustes, par quelques pavillons, une fonderie désaffectée et, principalement, des entrepôts et des casses automobiles. Une ambiance très routière domine, due à la présence de la RD7 (ancienne RN7) et à la proximité de son échangeur avec l'A86.


Les objectifs poursuivis

A l'échelle territoriale, la création de l'éco-quartier des Portes d'Orly vise à :

  • Participer à la revitalisation urbaine et commerciale de la RD7
  • Affirmer la vocation tertiaire de cet axe, à l'entrée nord du pôle d'Orly 
  • Créer des logements pour accompagner le développement économique du territoire, dans des secteurs bien desservis par les transports en commun

A l'échelle locale, il s'agit de :

  • Renouveler et diversifier l'offre de logements
  • Créer une centralité de quartier en y faisant venir des commerces en pied d'immeuble et des équipements publics
  • Désenclaver le quartier pavillonnaire voisin en lui donnant accès au tramway
  • Protéger le quartier du bruit du boulevard urbain

Les points clés du projet

Le site sera entièrement libéré des bâtiments existants puis reconstruit.

Les Portes d'Orly sont un quartier mixte, en termes de fonctions comme de gamme de logements :

  • Les surfaces à construire se répartissent entre logements, bureaux, commerces, hôtellerie et équipements.
  • La moitié des surfaces de logements est destinée à l'accession à la propriété, l'autre au logement social ou à des habitations conçues pour les personnes âgées, les travailleurs ou les étudiants.

Favorable à l'animation, cette mixité permet en outre une bonne adaptation au contexte.  Les immeubles de bureaux, les plus hauts (R+5+attique), sont implantés en façade sur la RD7 et font écran au bruit de la circulation, tandis que les programmes de logement s’échelonnent de manière progressive (du R+5 au R+1) pour assurer une transition avec le tissu pavillonnaire existant.


Le projet crée une proportion non négligeable d'espaces publics d'agrément et de liaison.

Sur la partie Anatole France, ils représentent le tiers de l'emprise totale des aménagements. Le quartier s'accroche à l'avenue par une grande place animée de commerces face à la station de tramway.

Les espaces publics sont largement végétalisés, dans des formes variées, l’ambiance recherchée au cœur du quartier étant celle d’une cité jardin avec un parc, un square, des jardins partagés et une noue paysagère. S'y ajoute un réseau de voies en grande partie adaptées aux circulations dites douces raccordées aux quartiers voisins.


Les Portes d'Orly sont un éco-quartier.