Lisibilité et identité du territoire

Points clés de la grande opération d'urbanisme

L'espace est structuré par de grands espaces publics fédérateurs et un réseau de polarités urbaines. Le territoire est ancré dans le grand paysage régional.

Une trame d'espaces publics à l'échelle du territoire

Le projet remédiera à la fermeture des grandes plaques monofonctionnelles juxtaposées autour d'Orly et Rungis pour créer un véritable pôle urbain doté d’un réseau interne d’espaces publics, connecté au Sud francilien.
Dans la vallée de la Seine, entre les deux faisceaux ferroviaires, la création d’une structure urbaine reliera le cœur du territoire d’Orly-Rungis-Seine Amont à Paris de manière fluide. Elle permettra l’épanouissement des grands compartiments urbains des Ardoines, Avenir-Gambetta et Carelle.
La liaison de ces deux systèmes — Orly Rungis et la vallée de la Seine — et leur connexion aux territoires voisins seront assurées par une armature d’espaces fédérateurs, notamment un maillage de grands boulevards urbains est-ouest et nord-sud. Les franchissements prévus de la Seine et des voies ferrées s’inscriront dans ce maillage.


Des centralités régénérées ou créées

Le projet vise à redynamiser des centralités anciennes qui participent au maillage du territoire, particulièrement Choisy-le-Roi et Villeneuve-Saint-Georges comme à générer de nouveaux secteurs d'intensité urbaine. Complémentaires des centralités historiques, ces nouvelles polarités urbaines s’appuieront sur de nouveaux nœuds multimodaux (Pont de Rungis, Ardoines, La Fraternelle), une accessibilité renforcée (entre Orly et la Seine, au nord de Carelle) ou encore des sites remarquables (Confluence Seine Marne).


Un maillon de la trame verte et bleue régionale

Le territoire possède de grands espaces ouverts disposés d’est en ouest (parcs, espaces agricoles, zone aéroportuaire, cimetière) que le projet relie entre eux. La plaine de Montjean devient un maillon de ce grand paysage est-ouest qui, de la Bièvre à la Seine et au-delà agit comme une grande agrafe urbaine.
Le Seine devient le support de projets conciliant protection contre les inondations, valorisation du paysage et mise en relation de la ville avec le fleuve, le transport fluvial et la biodiversité.